Le quartier du Village de Mont-Saint-Aignan, un village dans la ville

Au nord de la ville, le quartier du Village porte bien son nom. Il concentre trois écoles (Pierre et Marie Curie et l’école du Village), un gymnase, une salle municipale (le Rexy) et un magnifique parc.

Au cœur du Village, la Maison des Tisserands ouvre ses portes à la culture avec des ateliers municipaux et associatifs (arts plastiques, terre…) et la bibliothèque pour tous.

C’est donc un authentique village au cœur de la ville !

Un havre de verdure

Au sein d’un parc de 15 hectares se niche le centre de loisirs et de rencontres. Espace privilégié de détente, les Mont-Saint-Aignanais connaissent généralement ce site qui accueille le centre de loisirs et de grandes manifestations municipales (la fête de la Saint Jean, le village des associations).

A proximité, il est possible de visiter la ferme du Val aux Dames restaurée par les Compagnons du devoir. Les sports et activités de plein air sont favorisés dans ce quartier grâce à la présence d’un golf, d’un terrain de rugby (Boucicaut), d’un centre hippique et d’un terrain destiné au dressage des chiens.

Le Village, un cadre privilégié pour nos aînés

C’est au Village que fut créée la première résidence pour personnes âgées : Blanche de Castille. Rapidement, les résidences Saint-Louis et Les Iliades y furent construites.

Ces demeures offrent des logements complets conjuguant vie individuelle et espaces collectifs tels que les salles de réunions, de jeux et restauration.

L’historique du presbytère, siège du comité de quartier « Village-Vatine »

Cet ancien presbytère, situé juste en face de la porte d’entrée de l’église, fut acheté par le prieur curé en 1738.

Tout porte à croire que cette maison était une modeste ferme, avec son cellier, sa grange, son jardin, sa mare, son clos et sans doute quelques arpents de terre. Ce presbytère fut, une première fois, spolié par la convention par lettre de prérial et de méssidor an II et, une seconde fois, par la loi de 1904 (séparatin de l’Eglise et de l’Etat ) qui le dévolua au Bureau de Bienfaisance.

Une souscription parmi les paroissiens, à la demande de l’abbé Duléry, curé désservant Saint Aignan, et de monsieur Viel, président du Conseil Paroissial, réunit la somme de 30 000 francs or qui permirent de racheter le presbytère par l’intermédiaire de l’Association Diocésaine.

Dans les années 1980, l’association diocésain décida de construire juste à coté un nouveau presbytère, plus confortable, car l’ancien très dégradé ne pouvait plus décemment abriter le logement du curé et les salles de catéchisme.

Ce bâtiment fut racheter par la ville mais il resta ainsi pendant plusieurs années.

Le conseil municipal décida de restaurer cet ancien presbytère grâce pour une grande partie, à un don très important de madame Chevalier (530 000 fcs ) et devint en 1987 la Maison du village .